NBTETEBAISSEE

 

kevin Patrick

Pendant une bonne quinzaine d'années, il chante au sein de groupes tels que "Medium" considéré comme l'un des meilleurs groupes français avec "Variations", "Triangle" ou le "Martin Circus" etc... avec eux il enregistre avec brio le fameux "Better by you Better than me" de "Spooky Tooth", c'est d'ailleurs à l'écoute de ce titre que la maison de disques Polydor décide en 1971 de lui signer un contrat , il sort son premier 45 t "Je ne suis pas un schizophrène", tout un programme !
Ensuite P.Cany tourne avec "Shouters" puis avec le groupe nantais "Dangers" avec qui il enregistre un single "Trime à ton tour".

En 79 Patrick Cany enregistre un album concept : "Les villes ont disparu", faute de distribution il sortira uniquement un 45t.

Au début des années 80, il décide de se produire sous son nom et demande au guitariste de "Tequila", Philippe Ménard, de l'accompagner, mais en l'incitant à jouer le Blues en acoustique. C'est à cette époque qu'ils créent ensemble la fameuse formule avec la grosse caisse pour le "Beat". Pendant 3 ans c'est le tabac, écumant tous les caf'conc' et salles de concerts du grand ouest de l'hexagone, puis décidant d'un commun accord d'aller vers leur propre destinée, ils se séparent bons amis.

En 86 Patrick Cany rencontre des spécialistes de Rythm'n'Blues avec lesquels il joue encore aujourd'hui, musiciens anglo-saxons vivant à Brest, Kevin Wright, Nobby Clarke, Pikey Butler, également Bernard le Dréau, Patrick Péron, musiciens brestois, sans oublier l'harmoniciste Stéphane Laidet rencontré dans les nuits folles de La Rochelle. Ensemble ils enregistrent à Brest en 88 l'album live intitulé "Nuits Bluesy"

98, sortie de l'album "Cosmopolite"avec des compositions teintées de blues, de rock, de reggae, de gospel ou de soul. Une dizaine des amis musiciens de P.cany participent aux enregistrements.

Forgeant sa voix, son feeling d'acier depuis des années sur toutes les scènes de France et de Navarre, ce chanteur atypique a su fonder sa tribu avec tous ses potes musiciens d'un talent reconnu dont son fils Anthony, batteur, percussionniste venu les rejoindre dans cette aventure.

Rebelle, singulier, passionné plus que jamais malgré un parcours semé d'obstacles, rien ne l'arrête, il avance debout sur les planches, tenant la distance avec la même énergie, la même foi qu'à ses débuts.
Sa sensibilité à fleur de peau se traduit en émotion intense dans l'interprétation de grandes reprises afro-américaines ou européennes et bien sûr dans ses compositions hautes en couleur "Belleville", "Larmes Bleues", "Salut les fourmis" etc...

2010 sortie de l'album live "Blue Planet" où l'on découvre en concert son univers "Bluesy".

IMG 2799

"Mai 2017 concerts au théâtre de L'Archipel Granville et "au Trieux Tonic Blues Festival" salle Georges Brassens à Lézardrieux

"Cany Tribu" : Basse Marcel Aubé, Batterie Anthony Cany, Guitares électriques José Larraceleta, Guitare électro-acoustique Kevin Wright, Claviers Patrick Péron, arrangements cuivres : Bernard Le Dreau sax ténor, soprano, clarinette, Trombone Vincent Aubert, Trompette JB Lécuyer

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn